Nouveau ! PsyArtFormation est maintenant certifié Qualiopi

Partenaires

Journées de printemps de la SFPE-AT avec Itinéraires singuliers et le centre hospitalier La Chartreuse

21, 22 mai 2022
Salle des fêtes des Vergers, centre hospitalier La Chartreuse
1, Bd Chanoine-Kir, 21000 Dijon

Deux fois par an, en automne à Paris, au printemps en province, la Société Française de Psychopathologie de l’Expression et d’Art-Thérapie organise des journées d’études qui réunissent des professionnels et des chercheurs concernés dans leurs pratiques respectives par toutes les questions du champ « Art et Psy » : Art-thérapeutes, mais aussi médecins, psychologues, psychanalystes, sociologues, ethnologues, esthéticiens, artistes et écrivains, linguistes, historiens, critiques d’art…

Cette année, les journées de printemps sont organisées à Dijon en partenariat avec Itinéraires Singuliers et le Centre Hospitalier La Chartreuse. Deux jours de formation ouvertes aux professionnels, particuliers et étudiants, autour de la thématique de notre prochaine biennale : L’Inattendu.

Découvrez le programme, l’argument, les intervenants, les résumés des communications et les modalités d’inscription de ces journées sur le site de la SFPE-AT (en savoir plus ci-dessous).

–> Inscription possible dans le cadre de la formation continue.
–> Tarifs réduits pour les étudiants, adhérents de la SFPE-AT et adhérents d’Itinéraires Singuliers.

Association Itinéraires Singuliers
L’art et l’expression dans la lutte contre l’exclusion
7 allée de Saint Nazaire, 21000 Dijon
03 80 41 37 84
www.itinerairessinguliers.com

Sortie du livre de Marie-Françoise Ghesquier – Dance en résistance

Photo de Angèle Bidon

Photo Angèle Bidon, 1ère de couverture du livre – angelebidon.net

Marie-Françoise Ghesquier

Marie-Françoise Ghesquier

Préface :

Dès le premier vers « Infernale répétition », suivi des mots « je m’enferre », « aliénation », le ton d’une douleur récurrente est posé.

Nous entrerons à la suite de Marie-Françoise GHESQUIER dans une langue rugueuse d’où sont exclus les articles, pour ne pas reprendre souffle. Et c’est une danse sauvage portée par l’image du Flamenco et GARCIA LORCA, dans laquelle le corps, les mots, la musique tissent pour nous cet ensemble de poèmes. L’auteure empoigne avec force les mots comme des claquements des pieds, des mains, des battements, des balancements.

Le corps danse les chagrins. Les mots hurlent. A l’expression d’une sensibilité personnelle se mêlent les souvenirs de l’Histoire : « Les Grands Boulevards Haussmanniens / palpitent de houles révolutionnaires. »

Dans les trois parties de ce recueil la danse, la musique sont indissociables des mots que Marie-Françoise GHESQUIER recherche avec une sorte de gourmandise pour construire une quête d’harmonie. La beauté surgit de cette violence.

Cependant la douceur n’est pas si loin. Une réconciliation s’installe peu à peu.
Le dessin aussi viendra nous apprivoiser.

« Jeu de paumes emplies de craie
fusain
encre »

Le dernier poème comme un appel à la lumière.

Colette ANDRIOT

De Arts à Zèbres

Ateliers d’Art-Thérapie

Sortie du livre de Joseph Rouzel – Ailleurs – Pratique de la psychanalyse

Joseph Rouzel

Je peux la taper… Elle est de ma famille

(Jean-Pierre Thielland)

En France, près de 80 % des enfants sont soumis à des punitions corporelles, des humiliations ou des violences psychologiques sous forme de punitions ou sanctions diverses.
La tolérance à l’égard de ces pratiques et l’absence de politique de prévention à l’échelle nationale ont un impact très lourd sur l’état de santé psychique de nombreux enfants et adolescents.
Lorsque les enfants en difficulté réussissent à être accueillis dans des dispositifs de soins ou d’aides, la violence éducative dont ils sont l’objet dans le cadre familial n’est la plupart du temps pas prise en considération par les professionnels.

Ce livre est destiné aux professionnels de l’enfance et à tous ceux qui veulent œuvrer au respect des droits des enfants. Au travers d’exemples tirés de sa pratique et en s’appuyant sur la théorie de l’attachement, l’auteur souligne les effets néfastes de cette violence éducative et invite les thérapeutes et tous les praticiens qui travaillent avec des enfants à se saisir de cette question afin d’occuper la place essentielle de témoin secourable (notion chère à Alice Miller) auprès des enfants.

Biographie de l’auteur :

Instituteur, puis enseignant spécialisé en Réseau d’aides spécialisées aux élèves en difficultés, (RASED), Jean-Pierre Thielland a ensuite exercé les fonctions de psychopédagogue en CMPP (Centre Médico-psycho-pédagogique). En 1985, il découvre les travaux d’Alice Miller qui lui ouvrent la voie d’une écoute inconditionnelle des souffrances de l’enfant, sans jamais chercher à les minimiser. Il est actuellement président de l’Observatoire de la violence éducative ordinaire (www.oveo.org). Il a publié aux Editions de l’instant présent « Je peux la taper, elle est de ma famille ».

U

L’Association l’Enfance Libre vous propose une heure de LIVECHAT VIDÉO tous les soirs de la semaine animé par :

  • Jean Guillaume Bellier,
  • Elodie Bayart,
  • Manuèle Lang,
  • Emmanuelle Philip,
  • Ophélie Perrin,
  • Anne Saletes.

facebook.com/lecoledelenfancelibre

Pin It on Pinterest

Share This